Ce mois-ci, 15 lectures soit 4 518 pages.

King of Scars, tome 2 : Le règne des Loups, Leigh Bardugo (600 p.).

Je finis donc le Grishaverse avec le roi Nikolai qui n'est plus tout à fait Nikolai, Nina qui n'est plus tout à fait Nina, Zoya qui n'est plus tout à fait Zoya et des revenants. Ça a toujours un problème de rythme et ça cause un peu trop, j'ai vraiment préféré les Six of Crows. Spoiler alert, la saga n'est pas finie et nous devrions retrouver les Crows prochainement, et j'en serais ravie !

 

Beyond the clouds : la fillette tombée du ciel, tome 4, Nicke (208 p. + relecture des 3 premiers soit 583 p.).

Je ne me souvenais plus de l'histoire avec tout ce temps entre chaque volume, d'où ma relecture. Théo et Mia sont très choupi et toujours gentils/bienveillants, ça attire les gens choupis/bienveillants, c'est très mignon... Mais ça n'avance pas vite.

 

Demain c'est Noël, de Claire Masurel et Marie H. Henry (16 p.).

A 140 jours de Noël, j'ai eu envie de m'offrir un album qui en parlait ^^ C'est très mignon, même si un peu simple. La petite fille et ses jouets préparent et attendent Noël, entendent des bruits pendant la nuit et se réveillent avec un sapin plein de cadeaux.

 

La reine des délices, Sarah Addison Allen (306 p.).

J'avais envie et besoin d'une lecture très doudou. Les chapitres de cette histoire ont pour titre des noms de bonbons, ça se passe pendant la période de fin d'année, ça parle d'une fille qui comble son vide affectif d'une famille dysfonctionnelle à coup de bouffe, et d'une autre qui s'installe dans un placard. C'est l'un de mes livres préféré depuis de nombreuses années...

 

La charmante librairie des jours heureux, Jenny Colgan (376 p.).

Toujours dans mon besoin de truc simple et frais, et cette histoire d'une bibliothécaire qui claque tout pour partir vendre des livres en Écosse, c'était parfait pour ça !

 

La charmante librairie des flots tranquilles, Jenny Colgan (499 p.).

J'ai moins aimé les aventures de Zoe, plus axées sur la vie familiale des enfants qu'elle garde que sur les livres. L'enchainement des situations m'a parue moins limpide que le 1er tome, ça ne me restera donc pas en mémoire très longtemps. C'était une bonne lecture "de plage", dirons-nous.

 

Dingo, Zadie Smith, Nick Laird et Magenta Fox (30 p.).

En cherchant un livre à ajouter aux cadeaux de mon neveu préféré, je suis tombée sur cette couverture avec ce drôle de titre. Les illustrations sont très jolies mais je n'ai pas bien compris l'histoire, malgré sa morale explicite (il faut s'assumer même si on ne rentre pas dans les cases de la société). Je n'ai finalement pas acheté cet album parce que c'est du judo et pas du karaté et que j'allais me faire engueuler :p

 

Kilomètre zéro : Le chemin du bonheur, Maud Ankaoua (365 p.).

C'est une amie de ma mère qui lui a donné pour moi après une discussion entre elles sur mon cheminement spirituel. L'intention est bonne, d'autant plus qu'on m'offre un livre !, le problème : c'est que je déteste ces livres de développement personnel pontifiants. L'héroïne est toujours un cliché désagréable et bête comme ses pieds au niveau émotionnel PARCE QU'ELLE S'ABRUTIT DANS LE TRAVAIL TU COMPRENDS, quand elle n'est pas en plus raciste sur les bords, alors qu'elle va avoir un gourou le plus souvent asiatique (pour rester dans le cliché) pour son cheminement spirituel avec des histoires inspirantes qui sortent de nulle part plaquées dans le corps du récit. Ce type de récit ne me convient pas du tout, il faut que ça soit plus subtil pour que ça me fasse tilt, ou alors carrément un recueil de pensées, du Dalaï Lama ou de qui sais-je, mais ça... Juste non. Passez votre chemin, sauf si c'est ce que vous recherchez : des exercices pour booster ou créer votre spiritualité.

 

Une saison au bord de l'eau, Jenny Colgan ( 476 p.).

Retour à la légèreté et une demoiselle qui déprime dans son job et sa vie londonienne et retourne chez elle, sur une île d’Écosse où tout le monde se connait, pour retrouver la joie et l'amour en faisant de la cuisine. C'est très guimauve et ça se lit bien.

 

Une rencontre au bord de l'eau, Jenny Colgan (558 p.).

On retrouve toute la famille MacKenzie et les habitants de Mure, les doutes de Flora sur sa relation et de l'amour en pagaille, avec en prime une histoire de narval ♥ alors moi, je valide juste pour ma licorne des mers !

Noël au bord de l'eau, Jenny Colgan (400 p.).

Il était à la fois plein de trucs mignons et à la fois très triste, ce tome. Toujours plein de solidarité des gens de l'île et en même temps de solitude de notre héroïne. Je suis partagée. (j'ai l'histoire de Noël du phare dans ma PAL depuis des années parce que je n'arrive pas à le lire pour la même raison...)

 

Comment survivre à Noël quand on est introvertie et hypersensible, Chloé Boffy (104 p.).

Cette histoire m'a tellement touchée que j'en ai envoyé un message à l'auteure sur Insta ^^' Il faut dire que l'héroïne est née juste après Noël, qu'elle est hypersensible et introvertie, elle s'intéresse aux tiny house, a une petite soeur au sens de la mode bien plus développé que le sien, se perd dans la lecture et la musique, bref, si ma famille lisait, je l'obligerais à lire ÇA pour comprendre mon fonctionnement... Et je me suis tellement sentie dans l'ambiance cocoon de Noël ♥ (bien-sûr, c'est très inspiré de son vécu, ce qui ne me surprend pas, je ne pouvais pas être un tel cliché littéraire ;) )

Retour à l'accueil