Ce mois-ci, 3 lectures, soit 1 267 pages.

 

Beaucoup de mal à rentrer dans un livre en janvier, j'en ai abandonné 2 sans aucune culpabilité. J'étais pourtant allée les acheter exprès, mais rien n'y a fait, je n'étais pas dans le mood de la lecture... Ce qui m'attriste beaucoup : perdre la créativité, ok, perdre la lecture, c'est mauvais signe.

 

Cupidon a des ailes en carton, Raphaëlle Giordano (408 p.).

C'est écrit avec les pieds, c'est niais et en même temps, l'héroïne est détestable. Toutes ses réflexions sont plaquées dans le livre parce qu'il faut en parler à ce moment-là, rien ne fait naturel. J'aurais largement préféré lire un livre entier sur sa copine Rose. Je me suis battue jusqu'au bout avec moi-même pour finir la lecture cette fois, mais bordel, le style est moche.

 

La vie est belle et drôle à la fois, Clarisse Sabard (304 p.).

Une histoire choupette qui m'a fait penser à une guimauve de Noël : après tout, l'histoire se déroule à Noël avec une héroïne qui ne croit plus à Noël et revient dans son village natal, tombe sur des ex, etc. C'était mignon.

 

Changer l'eau des fleurs, Valérie Perrin (555 p.).

J'avais besoin de lire un livre ami, un livre que j'ai aimé, pour essayer de reprendre la lecture... Je vous laisse relire ce que j'en pensais déjà l'an dernier.

Retour à l'accueil