Synopsis :

À la fin du XVIIIème siècle, dans un petit village français, Belle, jeune fille rêveuse et passionnée de littérature, vit avec son père, un vieux fabriquant de boîte à musique farfelu. Quand, par suite de malchances, ce dernier se retrouve emprisonné au château de la Bête, elle accepte de prendre sa place, ignorant que sous le masque du monstre châtelain se cache un Prince Charmant, victime d'une terrible malédiction...

Mon avis :

! Attention, fan nostalgique ravie en vue !

Depuis cette vidéo, j'étais très impatiente de découvrir le film et de replonger dans mes jeunes années. Je craignais bien évidemment aussi qu'ils nous pondent une méga-guimauve à la sauce Cendrillon, mais non. C'est gagné chez moi en tout cas, cette histoire m'a fait une fois de plus rêver

Je vais commencer par parler tout de suite de la musique, parce que c'était là ma plus grosse crainte... Les chansons sont là ♥ Elles ont été remaniées pour coller un peu plus au film et certaines ont été créées exprès (Ensemble à jamais/Overmore m'a fait frissonner, parce qu'elle m'a fait penser au Bossu de Notre Dame), mais la quintessence est là. Une seule est restée absolument fidèle à l'originale et je suis sûre que, comme moi, elle vous fera verser une larme. Les acteurs ont tous poussé la chansonnette et je suis impatiente de pouvoir regarder le film en VO notamment pour Luke et Ewan, même si la version française est déjà complètement satisfaisante. Et que dire des morceaux musicaux d'Alan Menken ? Comme toujours c'est un ravissement, notamment A petal drops ou The library.

L'histoire est identique à celle du dessin animé et donc, vous l'aurez compris, c'est une comédie musicale... Les modifications ajoutées sont en fait dans les liens entre personnages, notamment la raison de la transformation des habitants du château en objet et surtout, l'amitié puis l'amour entre la Belle et la Bête (nan parce que le syndrome de Stockholm, bof quand même). Même les passages dansés sont là, la fête avec Lumière aussi et je me suis éclatée à suivre la chanson de Gaston, qui m'a fichu la patate et donné envie de danser sur la table avec eux.

J'arrive, public bien-aimé

Les effets spéciaux sont plutôt réussis. Les objets humains sont beaux et, hormis Mrs Samovar un peu statique (mais c'est dû à son objet plus qu'aux effets), ils se fondent parfaitement dans les très beaux décors baroques qui ont été créés. Si je dis "plutôt" plutôt que "complètement réussis", c'est à cause de quelques mouvements un peu saccadés de la Bête à quelques moments. Par contre, j'ai été assez soufflée pendant le film de voir Dan Stevens sous les poils de la Bête. Les effets sur son visage permettent de rendre parfaitement ses émotions, c'était assez exceptionnel et un peu perturbant (mais les cheveux longs, c'est pas possible).

Emma Watson est une Belle très jolie, pas nunuche, qui se bat (mais pas trop fort quand même, c'est un Disney) contre les préjugés des villageois. Le Gaston du film est moins caricatural que le Gaston du dessin animé. J'ai eu du mal à détester Luke Evans tant celui-ci fait moins baraque rustre primaire qu'auparavant, bien que plus froidement méchant (même si bon, son numéro dans le miroir XD ). Enfin, pour LeFou, ce que certains pays lui reprochent est tellement fugace que leur décision en est risible... (Tout ça à cause d'Alexis Loison, qui jouait, cocorico !, Gaston dans la comédie musicale #Toutélié).

Lumière prend le pas sur Big Ben dans le film et, là aussi, je suis impatiente de découvrir Ewan McGregor et Ian McKellen en VO. Tout comme la douceur d'Emma Thompson, parfaitement retranscrite en VF.

Sur quoi terminer ?

J'ai peu rigolé pendant le film, qui est plus nostalgique que son original. Les émotions sont là et, mon hyper-sensibilité actuelle aidant, j'ai versé ma larme à 2 reprises, notamment à l'ouverture des portes de la bibliothèque ♥ C'était magique, j'ai retrouvé mon amour pour ce dessin animé de mon enfance... Merci Disney ♥

 

Comme d'habitude, pour un avis plus plus documenté que le mien, vous pouvez aller chez Chronique Disney...

Retour à l'accueil